3. mars 2022

Une « highline » spectaculaire tendue entre deux éoliennes du parc du Peuchapatte

Zoom sur les Franches-Montagne dans le canton du Jura où le « highliner » Nathan Paulin a réalisé un de ses rêves : une traversée de 620 mètres de distance entre deux éoliennes du parc du Peuchapatte à 108 mètres du sol. Une première en Suisse ! Cet événement organisé par Suisse Eole en collaboration avec Alpiq est l’occasion de mettre en lumière de manière inattendue le parc éolien dont la production couvre l’équivalent de 3% de la consommation électrique du canton du Jura.

Nathan

« Du soleil et un peu de vent, les conditions météorologiques étaient parfaites », explique « l’highliner » Nathan Paulin après avoir traversé les 620 mètres qui séparent deux des éoliennes du Peuchapatte. ©Image: David Machot « Du soleil et un peu de vent, les conditions météorologiques étaient parfaites », explique « l’highliner » Nathan Paulin après avoir traversé les 620 mètres qui séparent deux des éoliennes du Peuchapatte. ©Image: David Machot

Du soleil et un peu de vent, les conditions météorologiques étaient parfaites », explique « l’highliner » Nathan Paulin, détenteur d’une dizaine de records mondiaux, après avoir traversé les 620 mètres qui séparent deux des éoliennes du Peuchapatte. « Faire la traversée entre deux éoliennes était pour moi un rêve. Ces immenses machines perchées dans le ciel sont parfaites pour une traversée aérienne, j’avais l’impression d’être suspendu dans le vent. Je trouve également important de promouvoir les énergies vertes. Les milieux naturels dans lesquels j’évolue sont menacés par le réchauffement climatique et il est aujourd’hui impératif de les protéger. »

Record de 1662 mètres
Parlons de Nathan Paulin : sa plus grande traversée est une « highline » de 1662 mètres de long installée à 300 mètres de hauteur dans le Cirque de Navacelles, le 9 juin 2017. Il a également parcouru les 670 mètres qui séparent la Tour Eiffel du Trocadéro, réalisant ainsi sa performance la plus emblématique.

3% de de la consommation électrique du canton du Jura
Afin de réaliser la performance du Peuchapatte, Alpiq, propriétaire du parc, a mis à disposition deux de ses éoliennes situées sur la commune de Muriaux dans le Jura. Raynald Golay, Asset & Project Manager chez Alpiq, explique : « Chaque année, les éoliennes du Peuchapatte produisent de l’électricité pour environ 10’000 à 15’000 personnes. » La région des Franches-Montagnes est propice à la production éolienne : en 2021, les éoliennes ont produit 14 mio. de kilowattheures, une des meilleures années de production depuis leur mise en service en 2011. La production du parc éolien du Peuchapatte couvre 3 % de la consommation électrique du canton du Jura.

Encore au moins dix ans devant elles

« Les éoliennes du Peuchapatte produiront encore de l’électricité pendant au moins dix ans, voire plus. En complément des autres énergies, elles produisent environ deux tiers de leur production en hiver, lorsque la demande est à son pic et que le solaire et l’hydraulique produisent moins », explique Lionel Perret, directeur de Suisse Eole. Pour les cinq éoliennes du parc de San Gottardo, mises en service à l’automne 2020, la durée de vie sera de 30 ans. « A la différence du photovoltaïque où il faut s’attendre à une baisse de la production de 0.5% par an, les éoliennes restent constantes », explique le spécialiste en énergies renouvelables.

L’éolien : une technologie éprouvée
Au cours des dix dernières années, la production moyenne d’électricité éolienne a nettement augmenté, surtout grâce à des pales plus longues. Chaque éolienne du Peuchapatte a une puissance de 2.3 MW, contre 3.3 MW pour celles du parc Juvent au Mont-Crosin installées en 2016. Ces dernières produisent chacune 6.5 mio. de kilowattheures en moyenne par an, contre 4.5 mio. de kilowattheures à Peuchapatte. Une des éoliennes prévues pour le parc du Grenchenberg produira environ 7.5 mio. de kilowattheures, soit la consommation d’électricité de plus de 7000 personnes. « L’éolien est le parent hivernal de la famille des énergies renouvelables et garantit ainsi un approvisionnement sûr, local et propre en énergie provenant de Suisse », souligne Lionel Perret. Le vent ne s’arrête pas aux frontières suisses : quelque 7000 éoliennes produisent de l’électricité dans les régions limitrophes. En Suisse, on en compte 41.